Toux

La journée avait été pénible samedi. Obligé de rentrer en après-midi, faire le lavage du département, all that kind of shit. Je me suis donc dit qu’un petit remontant était de mise. Or arrivé chez moi le soir, je réalise que je suis pas mal à sec sur tous les plans. Je me rends donc chez Mush où je trouve un appartement vide. Je suis baisé, dans mon univers, il a le monopole. Comme Hydro-Québec avec l’électricité, la SAQ pour le vin, Normand Brathwaite pour les shows de noirs.

Je retourne donc chez moi bredouille tel un sale lofteur enculé par des participants d’Occupation Double. J’dis ça d’même, j’ai erré sur la télé ce soir. Donc, j’étais là, un jeune samedi soir et moi sans trop savoir quoi faire. Je ne voulais pas uniquement boire, j’avais besoin de quelque de supplémentaire, un buzz supplémentaire. J’avais cependant écoulé mon weed, ne feelait pas pour les shrooms et n’avait pas d’amphet en stock.

Puis j’ai eu une illumination.

Il me restait une bouteille et demie de Robitussin extra-fort dans ma pharmacie, de quoi rendre l’ordinaire EPIC. J’ai donc accouru au dépanneur chinois du coin, acheté une douze de Moosehead et suis retourné chez moi en deux temps trois mouvements. Derrière moi, je barre la porte à double tour, autrement je finis toujours par badtripper et m’imaginer des milliers d’intrus.

Je vais pisser un sale coup puis m’installe dans la cuisine où j’ai disposé les diverses bouteilles. Le désavantage de faire son trip de dex avec du sirop plutôt que des pilules, c’est qu’il y a une bonne probabilité que ça tape sur le cœur en sacrament. Et si tu vomis, l’opération vient d’avorter. Il faut donc vraiment s’arranger intelligemment. Je me suis alors dit que j’allais absorber le tout en 20-30 minutes, entrecoupé de tête d’orignal. Tout a été comme un charme.

J’adore la période d’attente, d’incertitude, d’appréhension qu’il y a entre l’ingérence de certaines substances et l’effet qui s’en découle. Je savoure l’attente, je me concentre sur les battements de mon cœur et je patiente, comme un gamin qui attend que la vaisselle soit faite pour développer ses cadeaux de Noël et qui sait que son attente sera récompensée.

Et tout à coup, je commence à avoir la tête un peu plus légère. J’amène mes bières et je vais me coucher dans mon lit, le tout peut commencer. Je pars du King Crimson, je place mes oreillers optimalement, embarque mon portable sur mes genoux, booooya.

Rapidement, j’ai les paupières lourdes, je suis dans une allégresse bienfaisante et je me vautre comme un gras pacha. Je me sens fortement saoul, mais avec l’esprit parfaitement clair. Mes pensées défilent à vive allure, je suis grisé. J’ai une imagination folle, l’esprit en feu, je vis un bon moment. La dualité entre mon corps amorphe et mon esprit qui va à 100 à l’heure est excitante.

J’entre ensuite dans une phase à mi-chemin entre le sommeil et la transe. Je végète, je me masturbe mollement. La nuit avance à un rythme saccadé frôlant l’indécence. Mes pensées s’égarent, je me mets à réfléchir à la possibilité que la vie en tant que telle soit une illusion. Je songe à mes capacités cérébrales, aux chances qu’elles soient suffisamment élevées pour que je puisse imaginer ce monde, ma table de lit amoché, le bruit couinant de mes ressorts de sommelier, l’odeur légère de refermé. J’en viens à la conclusion que je ne serais pas apte à inventer autant de détails faisant appel à une aussi grande quantité de sens simultanément. Bonne chose de réglée.

Puis dehors le soleil se lève lentement. J’entends les premiers gazouillis des oiseaux, je suis toujours étendu sur mon lit. J’entre dans une phase plutôt déplaisante où j’ai la vague impression que ma mort est prochaine. C’est étrange. Je regarde toute sorte de vidéo, je tombe sur un qui me jette littéralement sur le cul, je bug out et je viens le mettre sur ce blog. La matinée est alors bien avancée.

Je décide de me lever, je me fais à manger, calmement, mes soucis de mort s’étant évaporés aussi vite qu’ils étaient apparus. J’ai passé la journée dans un état un peu second. Juste l’idée d’aller travailler demain me purge en sacrament. Au moins, Mush est revenu. J’ai pu me ramasser une shit load de pillule.

Publicités

~ par oopsweredead sur mars 30, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :