Will to live

Après mon rendez-vous doux avec la mort de vendredi et les commentaires d’un gars qui semble croire que je suis un sombre déficient et penser que je veux mourir au plus criss, je me pose des questions sur ma motivation à vivre.

J’entendais le téléviseur de la voisine d’en haut qui crachait le gala Artissss à tue-tête toute la soirée, j’ai vu des gamins saboter un vélo cet après-midi, la vie est crissement laide. Mon existence est d’une insignifiance crasse, le quotidien est d’une banalité exaspérante. Pourquoi vivre?

Premièrement, et peut-être principalement, le suicide, c’est douloureux. Parce qu’une forte dose de pilules ou ces tentatives de mise à mort de pacotilles, ça ne vaut pas de la marde, ça serait la pendaison ou le fusil. Or, ça fait mal tout ça. Et mine de rien, c’est souvent ce genre de truc premier niveau qui me retient.

J’ai aussi peur de manquer quelque chose. Je crois qu’indubitablement, le monde risque d’imploser. L’égocentrisme latent aura raison de l’ordre public, ce sera l’anarchie, ce sera la chose la plus drôle qui fut. Je ne voudrais pas manquer pareil spectacle. Avouez-le que ce sera EPIC.

Et puis, j’aime quand même certaines parties de mon existence. Je mène une sorte d’épicurisme métaphysique des plus sympathiques. Je pense qu’il y a encore de nombreuses choses à découvrir, des sensations fabuleuses à ressentir, des mondes parallèles à explorer. Voilà 23 ans que je survis et subis cette chienne de vie, j’aimerais bien en récolter quelques dividendes.

C’est un peu pour ça qu’instinctivement, la mort me fait un peu peur. Mais ça ne saurait durer, il y a la rationalité qui m’attend dans le coin pour m’enculer. Et la prochaine fois que je rencontrerai un orignal, qui sait seulement si je jouerai du volant.

Publicités

~ par oopsweredead sur avril 27, 2009.

5 Réponses to “Will to live”

  1. J’suis peut-être naïve ou optimiste jusqu’à la moelle, mais c’est quelque chose que j’peux pas comprendre.

    C’est l’idée qu’un jour, ça ira mieux qui m’a retenue. Aujourd’hui, ça va mieux. J’ai toujours pas compris pourquoi j’suis là, mais j’ai décidé d’arrêter de chercher. J’m’en calisse, et j’aime ma vie. Ne serait-ce que pour prendre mon café au soleil le matin…

  2. Il me semble, de mon point de vue qui peut quand même ressembler au tien pour les raisons que tu connais, que plus on voit la mort de près, plus on en subi les conséquences directement… moins on a envie de le faire subir? Peut-être aussi que tu te dis que personne ne subirait? Ou des gens dont t’as rien à foutre?

    M’enfin. Je pense pas que ça soit une option. C’est tellement facile de mourir sans s’y attendre ou être frappé d’une maladie quand ta vie est à son plus beau, à quoi bon accélérer les choses?

  3. Je crois que tu es un sombre déficient? Pas du tout, au contraire, je te percois plutot excessivement brillant. Je neparlais pas de l’intelligence, je parlais de cette interaction entre les pulsions de vie et de mort que l’on porte en soi.
    C’est tout, si je t’ai blessé, je m’en excuse, j’aurais peut etre du développer mon idée autrement.

  4. Moi, je suis comme Choco, une éternelle optimiste. Même que parfois, ça tourne à la caricature à quel point je crois en la beauté de la vie.

    Sauf que je ne crois pas avoir une « mission » sur Terre. Selon moi, ceux qui le croient n’ont franchement rien compris à la théorie de l’évolution.

  5. Chocolyane: Honnêtement, j’envie ce genre d’attitude. C’est très rare que je puisse pleinement profiter du moment présent à moins d’altérer mes sens. Il s’agit là sans doute d’une belle qualité que tu as.

    Anne: Tu mises juste en disant que je crois que personne ne subirait. Je tente semi consciemment de garder un entourage très restreint, je ne suis donc esclave de personne, ça me donne la liberté de mourir, dur à expliquer. Très vrai de dire que de toute façon, la mort peut frapper à tout moment et qu’elle est imminente dans la vie humaine. Je ne sais toujours pas cependant si je veux la laisser décider de mon sort.

    Gars: « Moi j’aurais cru que tu aurais dit un truc du genre..Hey fuck j’ai eu du fun man, ca passé proche, tout un trip« . C’est surtout ça qui m’a agacé je dirais. Cependant, avant que je sois blessé, beaucoup d’eau devra coulé sous les ponts, ça oui.

    Jess: C’est peut-être le genre d’attitude auquel je pourrais aspirer dans le meilleur des mondes. L’assurance de l’absence d’une mission quelconque mais quand même le goût de savourer. Or pour le moment, il me semble que la vie goute amer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :