Critères de sélection

La vie nous offre perpétuellement la possibilité de tester nos limites, d’observer comment nous agissons lorsque nous sommes confrontés à des situations critiques. Notre esprit qui course à une vitesse folle, de tumultueuses tergiversations, des constats parfois répugnants, d’autres fois pénibles sont faits sur notre propre personne. On chemine à travers ces questionnements sur nos frontières personnelles, on se redéfinit sans cesse.

Jusqu’où me grugera la banalité avant que je me suicide, serais-je prêt à tuer, juste pour voir, ressentir? Mes comparses sont-ils bons de façon innée? Jusqu’où devrais-je tenter de m’adapter pour vivre parmi ces ineptes contemporains? À quel point puis-je être miséreux? Quel niveau de laideur suis-je prêt à tolérer quand je deviens crissement en manque?

Oui oui.

Parce que lorsque viennent les périodes de sécheresse, on se demande jusqu’à quel point nous accepterons de boire notre eau vaseuse. C’est le même genre de phénomène qui se produit quand tu acceptes de payer un prix de fou pour de la cotte toute verte de grano quand tu n’as pas fumé depuis 2 jours. La même chose qui te fait boire de la Labatt 50.

Quand ça fait un bon bout que tu ne t’es pas mis, tu passes un peu plus vite sur les peaux boutonneuses. Tu t’attardes un peu moins à la mollesse des seins que tu palpes. Tu fais des sacrifices sur la fraicheur de la noune visitée. Ça devient un terrain glissant, plus l’attente est longue, plus les dentitions hideuses passeront inaperçues.

Depuis quelque temps, j’accumulais. Je n’avais pas vraiment le goût de me mêler à la masse, de tendre des perches et d’augmenter mes odds de fourrer. Pas de sortie dans des bars à plotes, pas d’allusions salaces aux nouvelles caissières, pas d’escorte. J’étais las, mais de façon latente, l’envie de copuler augmentait.

Ce soir, s’en était trop. Je suis donc sorti de mon logement et aie décidé de partir à la chasse, un explorateur aventurier à la recherche du clitoris perdu. J’ai butiné un peu de bar en bar, ne sentant guère de situation particulièrement propice. Lentement, le découragement s’installe, la pensée d’avoir à faire la job manuellement est lourde et omniprésente. Je tente de noyer le désespoir à coup de tequila, ça goute tellement mauvais.

En fin de soirée, les bars se vident. Le désespoir fait place à un peu de panique teintée d’ébriété. Je me lance sur la piste de danse avec une motivation tant éthylique qu’hormonale. Je fais mes trucs, investis tout mon être et tout mon bassin. Sans vraiment tout saisir, je réussis à ressortir avec quelqu’un.

Cette nuit, j’ai baisé une tabarnac de grosse torche.

Publicités

~ par oopsweredead sur mai 19, 2009.

24 Réponses to “Critères de sélection”

  1. T’es sorti au Beaugarte mon cochon! 🙂

  2. Cher animal Oops, une fois ton bulbe rachidien satisfait comment se portait ton sentiment de dignité? Je rigole, ton billet me ramène à ces moments ou dans mon lit, après, j’éprouvais un sentiment de dégout et de honte envers moi. C’est drole quand Monica Bellucci quittait mon lit, meme en pleine, je n’éprouvais pas ce sentiment.

  3. …meme en pleine nuit…

  4. Ha!ha!Ha!Ha!

    Consoles-toi: au moins tu n’étais pas en manque au point de te ramener un mec.

  5. MOU!!!

    Je préfère m’en passer que d’abaisser mes standards. Mais je suis d’accord avec Marie-Hélène.

    Quoique qui sait, tu découvrirais peut-être que tu aimes ça être bi-curieux… 😉

  6. La fin est excellente. Hahahaha!

  7. Hummmmm! Oups le bi-curious… J’aimerais vraiment lire ça.

  8. Brem: Mes allées et venues sont secrets d’État.

    Gars: En vrai hier, j’étais trop saoul pour ressentir quoique ce soit une fois vide, si ce n’est qu’une béatitude un peu molle. Cela dit, Monica, elle avale?

    Marie-Hélène: Just won’t happen.

    Bête: Je n’ai pas tant d’amour propre dans le fond. Si j’ai un érection, j’ai un assez gros taux de résilience.

  9. @Oops
    Hahaha! J’aime ta réplique. Bref, malgré ta réponse à M-H, tu confirmes que tu pourrais être bi-curieux? Ou bien ton taux de résilience n’est pas si gros que ça?

    « Un trou c’t’un trou, une queue ça n’a pas d’yeux »

  10. Bête: Mon taux de résilience est assez haut quand j’ai une érection. Maintenant, je doute très fortement que moustache et biceps me mettent le distributeur de gamètes à on.

  11. Ce qu’il ne faut pas lire… Oops, je te lis depuis un moment, et j’aime ton écritre. Je comprends que chacun puisse avoir ses goûts et préférer les échalottes aux zucchinis. C’est tout à fait normal. Mais quand je lis dans les commentaires que ton « niveau de dignité » puisse être tombé au plus bas, juste pour avoir couché avec une grosse… Est-ce que ça veut dire que tous ceux qui aiment ça, eux, à l’inverse d’un gars, sont des immondes déchets sans dignité qu’on doit absolument faire feeler comme tels? Et celles qui ont la chance d’avoir une vie sexuelle épanouie, avec des hommes qui les respectent, ça en fait quoi? Personnellement, c’est la dernière phrase de ton billet qui écorche (et je sais que tu t’en fous, c’est pourquoi je me permets de te l’écrire – tu n’en feras aucun cas).

    Tu vois, je suis grosse, mais je suis ni une tabarnak ni une torche. Et lire ce genre de mots ne fait qu’ajouter à mon envie de lâcher ma diète et rester grosse, juste pour écoeurer ceux qui alimentent les stéréotypes…

    Et à tous les autres je dis : I may be fat, but you’re ugly. And I can loose the weight.

  12. […] pis, fuck.  Allez le lire, cet édifiant billet, et les commentaires qui s’ensuivent. […]

  13. Chère nicole. J’en ai plein mon cul des grosses torches qui pensent que de traiter qqun d’échalotte n’est pas offensent: OUI CA L’EST. Donc, si tu te sens écoeurée du terme torche, pk en utilises tu un autre aussi offensant. Si t’es bien dans ta peau, si t’aimes ca avoir le souffle court après avoir monté 2 étages, tant mieux, c’est pas de nos esti d’affaires et oui, tu as raison, certains personnes aiment les femmes rondelettes et d’autres moins.

  14. Nicole: Calme toi un peu, tes chips te montent à la tête. J’aime les filles sveltes avec de plantureuses poitrines et des vagins propres propres. Pour moi, d’être dans un état sexuel et physique qui m’amène à mettre tous mes critères de côté pour me mettre, c’est un constat sur ma personne, sur le peu de dignité que je me laisse. Ça n’a rien avoir avec une quelconque opinion de ceux qui bandent avec une grosse ou quoi que ce soit d’autre. Je m’en contrecrisse des autres, tant mieux s’ils ont la folie de se croire heureux.

    Sérieusement, ta réaction a pas rapport. T’as arrêté de lire, de réfléchir (as-tu seulement commencé?), ça te faisait bien trop plaisir de te victimiser ou de t’insurger pour rien. Prends sur toi ciboire, je te dis ça par pure altruisme, que je suis bon.

    Et tant qu’à faire dans l’altruisme, watch ton anglais… I can LOSE the weight.

  15. Regarde, j’ai pris la peine de te faire mes excuses sur mon blogue, parce que je suis capable de reconnaitre quand je gaffe, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Mais s’il te plaît, n’en rajoute pas en supposant que je ne réfléchis pas. Je te soupçonne d’avoir accroché toi-même à un seul paragraphe chez moi, toi aussi, parce que tu n’as vraiment pas compris pourquoi j’ai réagi, malgré que je l’aie écrit.

    Et si tu tiens tant à corriger mon anglais pour une faute faite à chaud sans m’être relue, peut-être que je pourrais te retourner l’ascenseur pour ton français :

    «Ce soir, C’en (comme dans « cela en était » et non « sela ») était trop. Je suis donc sorti de mon logement et AI (passé composé) décidé de partir à la chasse»
    «Je tente de noyer le désespoir à coup de tequila, ça GOûTE (accent circonflexe) tellement mauvais.»

    En veux-tu d’autres? Je peux passer ton blogue au complet,si tu veux, c’est mon métier, tu vois…

  16. Ah Nicole Nicole, fort louable de ta part. Je ne demande guère d’excuse, j’avoue que ça ne m’importe guère. Je pense que c’est le tabarnac de grosse torche qui t’as dérangé. Le problème, c’est que tu penses seulement qu’elle était grosse or, elle avait bien d’autres choses qui jouaient en sa défaveur. Cela dit, pense ce que tu veux de moi, c’est ben bon Manon.

    Et pour les fautes, normal que j’en fasse, surtout en écrivant aucunement sobre. J’ai seulement relevé la tienne parce que tant qu’à vouloir insulter quelqu’un, aussi bien le faire en ayant pas trop l’air fou. Pour le reste, je suis conscient de ma grammaire et mon orthographe déficients, ça va bien aller, tu vas voir.

    Tu peux m’envoyer tooooutes mes fautes par email, je vais être bien bien joyeux.

  17. Pas si déficiente que ça, ta grammaire. Trois fautes sur neuf paragraphes, c’est vraiment peu, surtout quand on voit tout ce qui se publie sur la sacro-sainte Toile, sur des sites supposément professionnels. M’enfin.

    Ça ne change pas ce que je pense ce toi et dont tu te fiches. C’est clair que t’es intelligent et que tu as du talent. Je l’ai dit et je le maintiens, t’as quand même une écriture qui t’a valu une place dans mes bookmarks. J’ai pas l’intention d’arrêter de te lire.

    Friends?

  18. Je n’ai pas d’ami désolé. Pas en guerre est déjà bien non?

  19. Ça va faire l’affaire 😉

  20. Baon. Aimez-vous les uns les autres. Vous allez voir, c’est beeeen l’fun. 😛

  21. On n’a pas le contrôle sur la manière dont les autres nous perçoivent… vaut mieux être en paix avec soi-même et ne pas se soucier des opinions des autres.

  22. tu connais pas la réforme de l’ortographe nicole, gout est aussi acceptable que goût héhé

  23. Pierre Laroche : oui, je la connais. Mais je suis puriste. Ça aussi, je l’assume.

  24. hahahahhahahahahaha!!!!
    super finale
    moi et mes regrets personnels, ça nous a fait du bien de lire ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :