Athlètes

Voilà maintenant deux semaines que je m’entraine quasi tous les jours. En 14 jours, j’ai pu cerner un peu mieux l’endroit et la populace qui le fréquente. Parce que même si la liste de membre doit être relativement longue, ce sont toujours les mêmes qui sont là, suant inlassablement sur les machines.

Gringalet, je fais figure de mon habituel rôle de mouton noir dans cette masse de gens aux gros bras et petites couilles. Tandis que s’enchaîne Procol Harum, The Doors et Deep Purple sur mon lecteur mp3 (j’aime ça moé l’orgue pour m’entrainer), je les regarde aller.

Il y a le mec d’au moins 60 ans, cheveux lissés, gigantesque bulldog tatoué sur le biceps qui respire abusivement à chaque répétition. On l’entend partout à travers le gym, il aime ça. Auditivement, on dirait qu’il accouche de ses levées.

Il y a le metrosexuel. Chandail moulant, gel dans les cheveux, barbe nickel et dentition toute blanche, il s’observe dans le miroir, obnubilé par l’image de la contraction de ses muscles. Après chaque entrainement, il se pèse, note le tout dans un beau cahier Canada l’air satisfait.

Il y a aussi les sportifs. Toujours en train de calculer leur rythme cardiaque, de se raffermir les mollets, de se toucher dans leur cuissard ignoble. Ils sont sérieux, scientifiques, ils ont des objectifs précis et importants. Ils me font bien rire.

J’observe ses gens un peu hypocritement, me refusant intentionnellement de me mêler à cette confrérie subtile de ceux qui s’entrainent.  Tandis qu’ils s’échangent des conseils et divers produits poudrés, je demeure en reste, vaquant à mes petites choses de petit homme.

Or ce soir, pour la première fois, quelqu’un m’a adressé la parole. Le gay extravagant de la place. Celui qui fait ses séries toutes croches aux poids libres because souplesse de poignet indécent. Celui qui mate éhontément les autres hommes et leur transpiration drue. Celui qui a besoin de se donner des swings d’entre jambes pour faire ses redressements assis. Le fif du gym est venu me voir, comme ça, sans autre préambule et m’a demandé :

– Ça te dirait qu’on aille prendre un café un de ces jours?

Rapide remise en question de ce que je projette, de mon orientation, mon esprit faisait du 100 à l’heure. Et sans trop savoir pourquoi, la quête du divertissement, de l’inusité et du jamais vu devenant sans doute de plus en plus instinctive en moi, j’ai accepté. Je ne sais pas ce qui va se passer, j’ai l’impression que dans leur univers encore plus que dans le mien, café rime avec on finit par s’enculer. Je verrai bien, je suis bizarrement curieux.

Publicités

~ par oopsweredead sur juin 5, 2009.

15 Réponses to “Athlètes”

  1. LOL À suivre ! …

  2. your in trouble …

  3. Oh, oh! Ça devient fort croustillant ici-bas. Tu provoque les aventures pour t’inspirer? J’espère juste que tu pogneras pas un gros mec au pénis tronc d’arbre qui te fera porter des couches pour le reste de ta vie.

  4. Je te l’avais, tu risques d’y rencontrer la perle rare 😉

  5. moi ce qui m’impressionne, c’est à quel point certains monsieurs suent et puent… et à quel point les filles vont là pour se montrer les boules et l’entre-jambe… 🙂

    Entk, c’était ça à l’université…

  6. Ton billet me fait penser que j’ai jamais mis un pied dans un truc du genre. J,ai besoin de m’amuser pour faire de l’exercice. Genre courir après une balle au tennis, un ballon au volley. Pédaler, lever, suer sur des machines, je me vois pas. Mon père, jeune, il était fucking musclé, il travaillait dans une cours à bois. Il était payé pour faire du Gym. 3 générations, celle qui se musclait en travaillant sans chercher à se muscler, celle qui cherche à s’amuser et celle qui cherche à se muscler le coeur et le corps dans des exercices plates, enfermé dans un environnement plate et qui guette le moindre changement dans un miroir ou dans un cahier de notes. Je ne serai jamais d’un tel club.

  7. Il est peut-être juste cool…

  8. Das ist funny! On apprend beaucoup sur les gens à les étudier lorsqu’ils s’entraînent.
    Toi, tu t’entraînes comment?

  9. Wow! Tout un revirement de situation!

    Peu importe leur emplacement, tous les gyms ont les mêmes personnages.

  10. @un gars
    C’est amusant le gym, dans le sens où tu peux voir la faune humaine à son plus divertissant (mais pas nécessairement dans son plus noble). Bref, si tu veux faire des études sociologiques, c’est l’endroit rêvé.

    @Oops
    « je suis BIzarrement CURIEUX »

    J’te l’avais dit que tu étais bi-curieux. 😉

  11. Ineptie…je n’ai d’athlète que le pied. ischhh , fucking vieille joke ca.

    @ la bete…
    La faune humaine se révèle partout, elle ne dévoile rien de plus dans un Gym que ce qu’elle dévoilerait ailleurs.

  12. Moi avoir une prostate je serais curieuse en sal ! Gym ou pas !

  13. Anne: Vrai que je chamboule un peu ma vie pour me divertir, je la trouve morne, je cherche toujours de nouvelles avenues.

    Gars: Être bucheron, ça c’était la vraie vie. Maintenant, pour le sport dont tu parles, ils ont tous en commun la dépendance envers la présence d’un autre humain, c’est mauvais.

    Pat Dion: Wowoui.

    Pinocchio: De nombreuses séries de 15 à 20 répétitions, les muscles principaux, beaucoup de jambes, je continue à faire mon jogging régulier. Je vise le reconditionnement.

    Bête: Essaie pas.

    Un gars: Ineptie que de croire qu’une situation ne puisse permettre de magnifier des traits de l’humain qu’on ne verrait ailleurs.

  14. Oops our le sport…le point commun que tu as identifié me fait réfléchir. Your good Oops, reallly good.
    Pour le Gym moins convaincant, ces traits se voient ailleurs aussi. Il serait de bete de croire que l’humain ne soit pas assez bete pour révéler au grand jour sa bétise un peu partout. Une chose que l’on ne sait pas assez, c’est qu’il a un répertoire de comportements plutot limité je ne crains pas d’avoir mal saisi la nature humaine parce que je ne fréquente pas de gym. Arretez avec ces conneries, je vais me facher. lolll

  15. […] stridente vint troubler mon souper d’Hamburger Helper et de Sapporo, je savais que c’était l’homo du gym qui voulait aller prendre une bière/café. Je n’arrivais toujours pas à vraiment cerner […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :