La Règle du PUBIS

Alors voilà, sans avertissement, sans crier gare ou même aéroport, je m’improvise aujourd’hui pédagogue, offrant outil éducationnel à la grouillante masse prolétaire. Altruisme, altruisme quand tu nous tiens.

C’est que j’entendais des mecs à la job ridiculiser un autre pour avoir couché avec une fille supposément affreuse. Ça m’a fait repenser à dernièrement, quand j’ai copulé avec une dégueulasse. J’ai donc décidé qu’on se devait de légiférer clairement afin de savoir à partir de quand il est permis de ridiculiser une baise. J’aboutis donc ici ce soir de la règle du PUBIS servant à définir les baises qui sont légitimes. Dans cette approche tant moderne que géniale (oui), cinq paramètres sont observés :

Personnalité
Utilité
Besoin
Intoxication
Sexyness

Personnalité (5 points) : il s’agit là d’un des deux éléments principaux qui permettent d’accepter une copulation comme respectable. L’élément personnalité tient compte de l’intelligence, du charisme, de la culture, de la répartie, de la finesse de l’éventuelle partenaire.

Utilité (3 points) : Critère peu présent, l’utilité d’une baise réside dans les bénéfices marginaux qu’apporte l’échange de fluides. On regarde l’influence au niveau professionnel, au niveau social, on porte attention à la possibilité de voler de la drogue quand notre compagnonne dort.

Besoin (2 points) : Élément le plus tangible, il s’agit de la mesure concrète qui détermine le temps écoulé depuis la dernière relation sexuelle. Tenant compte de la fréquence usuelle de coït non dû au poignet du protagoniste, plus ça fait longtemps qu’on n’a pas fourré, plus la miséricorde sur la basse sélectivité est grande.

Intoxication (2 points) : Mesure du degré d’intoxication. La boisson ou la drogue influant bien souvent le jugement, la notion d’intoxication en est une de clémence, la même clémence que celle d’une mère qui trouve son enfant de 11 ans en train de se masturber. Mettons.

Sexyness (5 points) : C’est la grosseur et la fermeté des mamelles, la courbe du postérieur, la consistance des lèvres, la longueur des jambes, l’apparence de la peau. C’est le physique, on n’y évalue pas le charme, que les attributs.

Attribution des points

Il est tout d’abord primordial de savoir qu’avec la Règle du PUBIS, les 0 sont courants. Une fille franchement laide ne se mérite pas un 1, mais bien 0. C’est que la Règle a de commun avec la nature qu’elle est sans pitié. Une trop grande clémence amènerait une absolution trop vaste et en résulterait de mauvaises surprises rendu au lit (transsexuelle, hygiène sommaire, Susan Boyle).

Personnalité : La fille se mérite habituellement 2 points sur 5, bien que les connes et les sottes à 1 point ou 0 sont très courantes. L’intelligence et la culture en forte présence vont habituellement dénicher 1 point. Un esprit de curiosité très marqué a également le charme nécessaire pour dégoter un point supplémentaire. Le dernier point disponible va au charisme indéniable, à la confiance de la fille brillante, le sex-appeal du raffinement. 1 fille sur 350 est une 5 sur 5.

Utilité : Une possibilité d’avancement au boulot que vous apporterait un remplissage de réceptacle-cadre à la job vaut le maximum de 3 points. Une coupe de cheveux gratuite, une tonte de pelouse (oui oui), ce genre de trucs équivalent à 2 points tandis qu’une baise apportant statut social quelconque because l’inaccessibilité supposée de la cible ou bien le fait qu’elle soit engagée avec votre pire ennemi est bonne pour 1 point d’Utilité.

Besoin : L’approche est mathématique. Déterminez la fréquence en jour à laquelle vous baisez habituellement et multipliez le tout par deux, vous avez là le coefficient de Besoin. Maintenant, pour déterminer le nombre de points de Besoin, vous calculez le nombre de jours écoulés depuis votre dernière baise que vous divisez par le coefficient de Besoin. On prend ensuite le minimum entre la valeur obtenue et 2. Il est à noter que toute personne vierge a un Besoin de 2 par défaut, même chose pour les genses avec une fréquence plus grande que 60 jours.

Intoxication : Être saoul au point d’avoir de la difficulté à marcher et stresser sur l’éventualité d’une érection vaut 1 point. Être gelé à en oublier le jour en cours, le lieu où l’on est, en être à l’hallucination vaut 1 autre point. Maximum de 2 donc.

Sexyness : La fille moyenne se mérite habituellement 2 points sur 5. Visage régulier, chevelure propre, relativement mince, poitrine semi-ferme, rien à dédaigner, rien pour s’exciter. Un bon ratio grosseur de poitrine-taille de bassin vous donnera un point supplémentaire. Des traits particulièrement angéliques ou dirty méritent bien souvent un point aussi. La note de 5 est extrêmement dure à obtenir. Que des filles très très chaudes peuvent y aspirer, elles sont peut-être de l’ordre de 1 sur 250. Le dernier point est réservé aux filles exceptionnelles.

Note de passage

Il faut donc qu’un prospect obtienne la note de 6 points pour être absout de tout remords. Dans pareil cas, vous pouvez fourrer l’âme en paix, la tête sans pression, la graine full pression. La solidarité commune sous-jacente à la Règle du PUBIS implique que vous ne pouvez pas juger quelqu’un qui a fourré dans une situation de 6 et + si l’évaluation a été faite avec un minimum de rigueur, même si elle demeure subjective.

Exemples

Call me ultimate teacher.

1)      Vous êtes dans un bar, fortement gelé à l’extasy et aux amphets, se frotte sur vous une fille au facial douteux et aux seins minimes. Vous baisez habituellement aux 14 jours, mais voilà 4 semaines que vous n’avez pas fourré. Le décompte PUBIS va comme suit :

P : 2 (en cas d’inaccessibilité de l’info, on donne le mode de la distribution)

U :0 (rien ne s’applique)

B :1 (28 / (2 x 14))

I : 1 (Vous êtes très gelé)

S :0

PUBIS de 4, cette fille est donc à proscrire

2)      Vous rencontrez la sœur de votre ex dans un party quelconque, vous avez 5-6 bières dans le nez, elle est de petite taille et a des tabarnac de gros seins. Vous vous rappelez d’elle comme d’une coquine un peu espiègle avec un sens de la répartie bandant. Vous avez baisé la veille.

P : 3 (+1 pour la répartie)

U : 1 (Parce que vous faites chier votre ex)

B : 0

I : 0

S : 3 (Hésitation entre 3 ou 4, toujours tronquer par soucis de conservatisme)

PUBIS de 7, il faut foncer avec entrain.

3)      Votre boss est une sale laideronne mal ou pas baisée.  Vous avez la ferme conviction qu’une visite dans son scabreux orifice vaginal vous vaudrait un poste de superviseur. Sans être intelligente, elle n’est pas une conne. Vous baisez couramment avec votre copine.

P : 2 (La moyenne)

U : 3 (Possibilité de promotion)

B : 0

I :  0

S : 0

PUBIS de 5, don’t touch that. Une analyse sommaire nous permet cependant de statuer que si vous vous éclatez solidement la tronche, vous obtenez une passe gratuite.

Allez donc en paix, nombreux disciples.

Publicités

~ par oopsweredead sur juin 10, 2009.

12 Réponses to “La Règle du PUBIS”

  1. Funny as hell!

    Merci pour mon brand new 6-pack (d’abdos…)!

  2. Salut !
    Avec PENIS, ça marche très bien aussi –
    Personnalité
    Ejaculation
    Narcissisme
    Imagination
    Sex symbol

  3. Yeeaaahhhh! Enfin une méthode nous permettant de baiser avec la possibilité de ne pas avoir à a) se sauver pendant que la graine dort ou b )avancer qu’on habite avec nos parents qui dorment dans la pièce d’à côté pour que la graine quitte au plus criss. J’aime ça. C’est sain, c’est jeune, c’est dans le vent.

    Dommage que mon PENIS se situe seulement autour de 3 ces temps-ci.

  4. Sorry baby, you just scored a 4 on my PUBIS scale… screw you… or rather… not.

  5. Super, mets un ISBN là-dessus et publie le sous forme de guide, sera du pain chaud.

  6. Hahahahaha! J’adore. Quel complexité dans la démarche. Mais je suis certain que ça fonctionne.

  7. Ça parle de ton article sur Facebook et sur Twitter my love.

  8. Tu es très fort Mister OOps !

  9. Je note pour les prochaines!!! Je ne ferai pas de la rétroaction ça serait bien trop long!!!

  10. Marie-Hélène: Au moins, t’as désormais un nouvel objectif de vie: augmenter ton Pubis score.

    brem: Dans pas longtemps, ça sera réplique courante dans les bars, oui oui.

    Gars: Ça serait bien, j’ai déjà des idées de pages couvertures en tête.

    Patrick Dion: C’est pas si complexe, c’est une mécanique à roder, une habitude à prendre mais une fois que c’est devenu systématique, c’est infaillible.

    Anne: Where and who?

    D.: Tu vas voir pour les prochaines, que des sélections du tonnerre.

  11. […] souvent des 4 ou 5 de PUBIS -Possibilité que la mégère s’attache -Elle ne te fera pas à manger -Le sexe a tendance à […]

  12. […] donc dans cet esprit que ce soir, je ressors ma fibre pédagogique et me lance dans un exercice forcément trop grand pour ma minimale motivation. Qu’à cela ne […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :