Saintes Écritures

J’aime bien la religion catholique. Ô bien sur il y a eu l’Inquisition, les Croisades, la Grande Noirceur au Québec. Mais il y a aussi eu la Bible (parler de la religion, c’est mettre plein de majuscules, c’est drôle). La Bible, je l’ai lu deux fois de bout en bout. L’Ancien Testament, le Nouveau, les psaumes, les lettres de Saint Paul apôtre aux Corinthiens, you know, l’entièreté. Anyway, c’est quant à moi un pré requis pour vraiment saisir tout le symbolisme de la littérature américaine du 19e siècle, un peu comme Freud est nécessaire pour vraiment saisir tout ce qui a été écrit durant les années 20-30 (surtout du Kafka, ce genre de truc).

J’aime particulièrement l’Ancien Testament, un des bons recueils de novella qui fut écrit. Le Bien, le Mal, des morales claires, un style un peu rauque certes, mais toujours un message. L’auteur se mouille, on est loin de la tendance actuelle où l’auteur fait sa moumoune et laisse le lecteur sur sa faim. À quoi sert de faire tout ce chemin si ce n’est pour formuler clairement ce que l’on pense?

Des paraboles intenses, la base du symbolisme sur lequel se structure notre société occidentale, ses valeurs qui en forment le fondement, la Bible contient bien plus que l’on pourrait croire à prime abord.

Il y a aussi eu le Nouveau Testament. La même histoire racontée 4 fois, même Orson Scott Card n’a pas eu l’audace de dépasser 2 fois. Une histoire haletante, Jésus qui nait dans de pauvres conditions, se fait baptiser à 30 ans dans le Jourdain où Dieu fait son apparition, 3 ans à prêcher un peu partout, récolter disciples et guerdas lubrifiées (sorry Marie-Madeleine), une trahison dans sa garde rapprochée, l’apogée avec Ponce Pilate qui le soumet au jugement de la foule avec Barabas, le Chemin de la Croix, sa mort, sa résurrection.  A-YO-YE.

J.K. Rowling peut aller se rhabiller en tabarnac.

Si je vous parle de cela, c’est que ce soir, j’avais le goût d’aller à la messe. Une fois de temps en temps, dans ma jeunesse, j’aimais bien durant l’hiver aller m’assoir au fond du jubé, mes bottes Kodiak dégoulinant petit à petit sur le parquet. Contrastant avec le froid et le vent de l’extérieur, il régnait dans l’église une douce chaleur et une sérénité imperturbable. Ça me tranquillisait, j’aimais me masturber dans ce genre d’ambiance.

Ce soir, j’avais le goût de retrouver ce type d’atmosphère. Je me suis donc rendu à l’Église de mon adolescence. Sur place, les portes étaient verrouillées, on n’y célébrait plus de messe. Inexplicablement, j’ai trouvé cela un peu triste. Nos repères s’effritent lentement, nos parents ont décidé d’exploser tous les carcans que nous avions. Malheureusement, ils ont aussi démoli toute base spirituelle. Tout sens du plus Grand.

Je suis donc revenu chez moi bredouille. Je me suis claqué la traversée du désert de Moïse avec les cailles et la Tour de Babel. C’était bon en criss et je n’étais presque pas saoul. Presque.

Publicités

~ par oopsweredead sur juin 11, 2009.

9 Réponses to “Saintes Écritures”

  1. Ahhhhh, la Sainte Bible. J’ai moi aussi, le grand plaisir de la relire de temps en temps. Chaque fois, des détails m’ont échappés. Je préfère pour ma part l’ancien testament. Un de mes oncles est prêtre et nous avons souvent des discutions enflammées au sujet des Saintes Écritures.

    Ce que je trouve formidable de la Bible, c’est que toutes ces merveilleuses histoires sont en fait un ramassis de folklore de plusieurs cultures différentes. On a pris des légendes de partout: Mésopotamie, Judée, Phénithie, Syrie, et beaucoup, beaucoup de folklore égyptien… et on en a fait un recueil qui devient la base spirituel de 2 religions majeures et d’un paquets de sous catégories de ces 2 là. Wow. Des contes et légendes… faut le faire quand même! C’est justement comme si les livres de J.K. Rowling devenait dans 4000 ans des textes sacrés dont la morale est suivie par des milliards d’adeptes. C’est franchement incroyable, non?

    Les Évangiles sont aussi très intéressants. Quoique racontant tous la vie de Jésus (un dude vraiment hors du commun, on s’entend), ils sont tous différents au point de vue spirituel, mais aussi politique. Jean, tout en finesse et en admiration profonde pour son mentor, Marc beaucoup plus fantaisiste, Pierre le révolutionnaire… Du bouche à oreille durant des centaines d’années, des textes trouvés ici et là sur des parchemins, des tablettes pierre ou d’argile… tous d’auteurs inconnus, mais tout de même réunis en un gros volume pour en faire une religion! J’aimerais tellement avoir la chance de lire les versions « originales », celles qui n’ont pas été épurées par l’inquisition, les différents papes et rois qui se sont empressés de modifier à leur convenance les principes de la religion Chrétienne. Oh yeah!

    J’me suis jamais frotté dans une église par contre.

  2. La religion fût l’opium du peuple… maintenant, l’opium est la religion du peuple…

  3. « J’aime particulièrement l’Ancien Testament, un des bons recueils de nouvelles qui fut écrit. »

    Nice.

    J’ai essayé 2-3 fois de la lire, mais je décrochais à chaque fois. Je sais pas, je pense que je n’accroche pas au style. M’enfin…

    T’as essayé le Coran? Selon le peu que j’ai pu voir (ailleurs quand dans le livre saint), ça ressemble à un recueil de poésie, mais un peu plus sous la forme d’un texte de loi que d’un recueil de nouvelles. Si tu te cherches des lectures…

  4. Traversée du désert…

    Masturbation…

    Ça me rappelle de quoi en crisse ça 😉

  5. Marie-Hélène: Premièrement, j’te salerais les orifices à grands coups de phallus avec des commentaires étoffés comme ça. J’adore ton analyse des différents évangiles du Nouveau Testament, de leurs auteurs. J’aime aussi ta lucidité sur la Bible, son cheminement. C’est drôle de parler à des catholiques qui croit que ce Bouquin descend de Dieu alors que comme tu l’as bien exposé, il provient d’ailleurs.

    Brem: Surutilisé mais toujours vrai.

    Bête: Jamais tenté pour le Coran, c’est dans mes prochains projets, j’ai hâte de voir à quoi ça ressemble.

    Drew: C’est pareil comme quand Jésus a fait son 40 jours dans le désert moi je dis. Mais a l’époque Satan ne pouvait que le tenter avec des images de femmes à pinch mou sentant la transpiration tandis qu’aujourd’hui, le fils de Dieu flancherait big time.

  6. Trop songé pour moi mais pour un boucher putain la littérature, tu t’y connais. Ton père ne doit pas etre charcutier. 😉

  7. Mon père est mort quand j’étais jeune mais ma mère m’a transmis le goût de la lecture, le reste, je l’ai découvert par moi-même.

  8. Début 20 aine, boucher, dans une épicerie quelque part autour de Québec, il tranche épais ou mince selon l’idée qu’il se fait du client, , c’est selon. Je prends toujours 200 grammes de baloney que je fous à la poubelle, ce qui m’intéresse c’est ce qu’il a écrit sous l’emballage. J’en ai rien à foutre de sa viande morte depuis des lunes, c’est la beauté des mots qu’il écrit. On appelle ca une signature. Ce boucher est griffé.

  9. Ha!Ha!Ha! C’est vrai que c’est rare de rencontrer un crack-pot ayant lu la bible: faut en profiter. 🙂 Sinon, j’ai étudié l’histoire de la religion Chrétienne (à l’UQAM, mais j’imagine qu’à Laval il doit y avoir quelque chose de similaire): vu ton intérêt, je te conseille d’y faire un petit tour comme étudiant libre mettons. Dé-gueu-lasse, mais fascinant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :