Proposition

Je n’ai jamais couché avec la même fille plus de trois fois. C’est arrivé à deux reprises. La première fille, je l’ai croisé de façon successive dans des bars de la ville durant le même mois. Elle était hot, voulait bien m’avaler, c’était pas mal. Mais après trois fois, j’étais blasé. Elle m’était désormais hideuse. Plus on connait une personne, plus elle devient laide, plus on la hait. C’est la triste limitation de l’humain : il ne passe pas le test de l’examen approfondi, à tous les coups.

La deuxième était une mythique cochonne connue par le biais de la job. C’est avec elle que j’avais expérimenté le sexe anal pour la première fois. Les vagins ont de commun avec les culs qu’avec l’âge, ils s’élargissent. Pas les anus. Ce fut une belle surprise, chaque fois fut très torride. Mais très vite, trop vite, je m’étais mis à voir un éclat dans ses yeux que certains appellent l’amour. J’appelle ça la connerie. Je l’avais donc rendu triste et elle était de ce genre de femmes qui ne baise pas lorsque peinée, les fluides de ses yeux et de sa chatte étant produits de façon inversement proportionnelle. Ça avait donc terminé abruptement.

Autrement, tout n’a été qu’expérience singulière, à défaut d’unique. C’est la chasse constante, la recherche sempiternelle de bonne samaritaine qui s’ouvrira l’entrejambe au moment opportun. Ça coûte cher d’alcool, l’incertitude quant à la date de la prochaine baise est toujours un peu lourde mais c’est toujours bien mieux que le couple.

Le couple avec ses mensonges au quotidien, ses illusions crasses, ses déceptions continuelles, sa monotonie assassine. Ses déjeuners tendus, ses dîners bâclés, ses soupers silencieux. L’inévitable éloignement, la tergiversation qui dure trop longtemps, les ruptures infinies. Ouache caca.

En vrai, la seule chose non négative (positive serait exagéré) avec le couple, c’est la période initiale de bon sexe régulier. Mais il y a des moyens de pallier. Voyez, comme ça, aujourd’hui, sans avertir, on m’a offert d’être fuck friend.

Oh oui.

Crissement innatendu.

Publicités

~ par oopsweredead sur juin 12, 2009.

12 Réponses to “Proposition”

  1. Je suis trisse… Moi qui pensais que l’amour était éternel, comme le diamant. Bouhou.

  2. Les fuck friend ça fini pas souvent bien non plus… Les deux veulent pas toujours la même chose, ou ça évolue vers l’amour d’un bord…

  3. La formule qui me va bien est le lover’s friend.
    Une personne que tu aimes, que tu vois occasionnellement. Idéalement, elle reste loin. Chaque, rencontre bien qu’espacées, sont agréables. Il n’y a pas de routines sinon une qui plait.
    J’ai vécu un an en couple, ce fut l’enfer. Je n’aspire et ne vivrai jamais en couple. Mais ce genre de lover’s friend, j’ai beaucoup aimé.

  4. Gars et Oops: vous êtes tristes. Je me l’étais déjà dit.

  5. J’ai longtemps pensé de cette façon jusqu’à ce que je rencontre la Reine.

    Rien de bien compliqué là. Aucune recherche à se faire couple parfait non plus.

    Juste se compléter dans une complicité et hop! Tout roule ma poule

  6. Ça peut être juste ben ben simple et ben ben bon la vie de couple. Faut juste pas avoir d’attentes… et être ben ouvert.

  7. J’en reviens à mon commentaire précédant qui n’a presque pas d’intérêt et qui est à la limite de la méchanceté en me relisant.

    Ce qu’il y a, c’est que j’aime bien vous lire Un Gars et Oops. (oui, même si ce n’est que le 3e commentaire que je fais… – ce qui ne m’empêcher pas de lire ton blog déjà avant.)

    Et ça m’énerve de lire des trucs si bien écrit mais qui sont négatifs.
    …Oui, je sais, ce n’est pas tellement « négatif », disons que c’est une divergence de propos.

    ¤ Pour Un Gars: 1 an en couple, c’est rien. Et la manière d’appréhender la « chose » est différente suivant l’expérience que l’on a et les gens avec qui on est en « couple ». Mais oui: chacun fait comme il le sent après tout.

    Seulement ce qui me fait le plus peur dans tout ça, c’est que vous ayez raison. Mais je préfère croire aux propos de Drew.

  8. @optimetiste…
    Ce qui est dit est dit, il ne sert à rien de tenter de le dédire. C’est ce qu’on dit mais il s’agit peut etre que de ouie-dire, on me l’a dit ca aussi.
    Mais tu es triste toi aussi puisque la tristesse est un sentiment humain et que tu es humain mais bon, c’est ce qu’on m’a dit. Mais heureux de me savoir, tu aurais dit pathétique et je me serais faché. 😉

  9. Soph: C’est effectivement un des trucs qui me fait peur.

    Gars: J’ai de la misère avec Love, aime, pour moi, il n’existe pas vraiment d’amour, juste des filles qu’on veut baiser plusieurs fois.

    Drew: Beigbeder dit un peu le même genre de truc dans L’Amour dure trois ans. Il dit qu’au fond, il ne faut pas s’attendre à de la passion infinie, que les hormones finissent par ne plus produirent. Qu’il faut plutôt rechercher les situations de conforts et de complicité. J’ai pas trouvé ça si fou, au moins c’est plus lucide que les dérapes sur l’amour sempiternel.

    doparano: Je retiens qu’il ne faut pas avoir d’attente.

    Optimetiste: En faudra bien plus pour m’offusquer, encore plus pour me blesser. Je n’enlève pas le droit d’espérer à personne, il y a que moi, quand bien même que je voudrais y croire, essayer fort fort fort dans mon petit coeur de chérubin, je n’y crois pas. J’y peux pas grand chose.

  10. Lover, ce n’est pas esthétique ni élitique. Lover c’est prendre un café le matin au lit avant de rebaiser tout en se trouvant en bonne compagnie. Les corps peuvent ne pas etre conforment aux idéaux mais l’ensemble plait bien et est mutuellement satisfaisant.
    Un genre d’accommodement raisonnable qui a une cote pas si mal sur l’échelle PUBIS.

    Tu bois un soir, tu te réveilles le matin et tu as du plaisir à trainer au lit avec elle, elle aussi. Irrité par l’excès sans autres irritants.

    Je n’ai jamais fait allusion à l’Amour, je parlais d’aimer avec un petit a, mais pas commercial.

    Le petit a me convient bien, ne m’attribut pas le grand, j’en ai rien à foutre, je le trouve désolant, presque ridicule et je n’y pense meme plus.
    Fuck friend, lover friend? La différence est peut etre que meme sobre il y a complicité et une satisfaction mutuelle, et peu (pas) de regret après, sans que ce soit L’ AAAAAAmour. C’est ma formule, je n’en veux pas d’autre. Tu délaisses ta serveuse à l’entre jambe inaccessible pour le moment?

  11. I don’t know whhyyyyyyyyy nobody told you
    how to unfoooooold your love..

    -George Harisson

  12. Je ne sais pas qu’elles sont tes expériences amoureuses passées pour parler ainsi du couple, mais je pense sincèrement que tu déformes la réalité. Oui, certaines histoires sont de la merde, mais il est possible de trouver quelqu’un avec qui ça passe merveileusement bien. Ta définition : » Le couple avec ses mensonges au quotidien, ses illusions crasses, ses déceptions continuelles, sa monotonie assassine. Ses déjeuners tendus, ses dîners bâclés, ses soupers silencieux. L’inévitable éloignement, la tergiversation qui dure trop longtemps, les ruptures infinies. » exprime peut-être quelques vies de couple, mais pas la majorité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :