Crise identitaire

Parfois, je crois que les amphétamines me rendent un peu parano. Ils me rendent plus allumé certes, j’ai l’esprit qui bouillonne, la lucidité qui atteint des niveaux stratosphériques, des tonnes de pensées virevoltent dans ma tête qui surchauffe. Il ne suffit que d’une fixation, d’un égarement, d’une anomalie pour que je m’emballe et devienne nerveux, fasse une multitude de connexions louches et me mette à badtripper.

J’ai commencé ce blogue, j’étais (je crois l’être encore) dans une partie sombre de ma vie, j’avais besoin d’écrire mes pensées, me donner une perspective différente de mon quotidien, obtenir des points de vue externes. Lentement, quelques personnes se sont mises à lire, à comprendre, à détester, à supporter. Je regarde des statistiques, je n’ai pas trop de point de comparaison, j’ignore si mon lectorat est ridiculement petit ou appréciable.

Et là, depuis quelques heures, je capote en tabarnac. Un email ténébreux, une analyse de certains textes et me voilà en pleine paranoïa. J’ai été crasseusement idiot, je n’ai guère changé les noms dans mes histoires, racontant, décrivant mon entourage sans filtre. À des gens sur MSN, j’ai même divulgué mon prénom. Heureusement, dans un éclair de lucidité tristement involontaire, j’ai cru bon de ne pas parler de mon lieu exact de travail ou de mon nom de famille.

Sauf que là, j’ai peur qu’on me découvre. La salope d’en haut, le crouton qui veut rester jeune, le gay du gym, des gens qui n’ont rien demandé et qui se retrouvent ici un peu malencontreusement. Les gens idiots, peut-être même assez pour accorder de l’importance à leur présence quasi anonyme dans mes récits ici. Même si au final, je pense que je m’en contrefous, j’ai l’impression que ma chère lucidité est embrouillée ce soir.

Et puis aussi, si mon employeur se retrouve à lire, fait des liens. Si ma nonchalance étudiée et mes performances au-delà de la moyenne au boulot ne suffisent plus à camoufler le fait que je suis éclaté en quasi-permanence parce qu’il obtient des infos, est-ce que je me fais virer? Est-ce que je dois faire semblant de diminuer ma consommation?

Je ne sais pas trop quoi faire, je vois sans doute cela bien plus gros que ce ne l’est réellement. Mais tout de même, est-ce possible qu’on me retrace? Les internets sont déplaisantes pour ça. Au boulot, à chaque fois qu’un client semble porter un peu trop d’attention à ma personne, que son regard se fait un peu trop insistant, que son sourire est plutôt coquet rictus, je me mets à songer, à me demander si ce n’est pas quelqu’un qui est déjà passé par ici. Le confort du semi-anonymat m’est agréable, je ne voudrais pas le perdre.

Et si les gens me voyaient dans la vie, que ce passerait-il? Je crois avoir l’air misérable depuis quelques mois, peut-être me prendrait-on en pitié. Cela ne me dérangerait guère, la pitié n’affecte pas l’orgueil lorsqu’elle est pratiquée par une personne que nous n’estimons guère. Peut-être me trouverait-on laid, indigne d’intérêt, fade, idiot.

Ça serait presque triste. Presque.

Publicités

~ par oopsweredead sur juin 14, 2009.

20 Réponses to “Crise identitaire”

  1. Si quelqu’un avait encore un doute que ce projet de blogue est fictionnel, voilà, c’est terminé.

  2. Ha!Ha! J’avoue qu’avec certains commentaires que tu soulève: y a de quoi être parano. Mais bon, t’es quand même pas un tueur à gage en cavale: tu survivra sûrement. ton J’imagine également que tu as su faire preuve de sélection auprès des gens à qui tu as divulgué ton prénom.

    Tu vois, moi c’est le contraire: je ne le suis pas assez prudente avec mon identité. Je n’arrive même pas à imaginer ce qui pourrait arriver de fâcheux. Bref, je suis d’une naïveté ridicule.

  3. Je suis aussi parano que toi sur cette question,. je m’en préoccupe à tous les niveau, tellement que je m’en trouve ridicule lorsque je prends le temps d’y penser comme il faut.

    Je blogue depuis quelques années, au fil du temps je me suis fait des amis, amis à qui j’ai divulgué ma vraie identité… Certains connaissent ma famille qui elle, ne sait pas que je blogue. Je dois toujours mettre tout le monde en garde contre la peut être envie de dévoiler comment ils me connaissent. C’est lourd t’as pas idée. Mais en même temps, ça devient presque inévitable.
    Comme toi, les gens de qui je parle ont des faux noms, je traficottes les histoires un peu pour que personne ne puisse vraiment s’y identifier mais j’ai TOUJOURS peur que quelqu’un m’arrive et me dise qu’il me lit depuis 3 ans. Ce jour là je ferme tout c’est clair.

    C’est bien de se garder une petite gêne quand on écrit comme tu le fais. Ça crée un mystère et une curiosité chez le lecteur qui aura toujours envie de revenir s’abreuver de tes histoires.

    Enfin, tout ça pour dire que je te comprends tellement !

  4. Je pense qu’il faut assumer tout ce qu’on écrit sur son blog. Si on trouve quelqu’un de con dans notre entourage et qu’on en parle sur notre blog, faut être certain que cette personne ne tombera jamais sur nos écrits (exemple, un parent qui n’a pas d’ordinateur). Sinon, faut vivre avec l’idée que notre texte va peut-être entrainer des coupures de liens. J’ai déjà blasté des amis ou connaissances de la vraie vie là-dessus, sachant qu’ils lisaient mon blog. J’avais l’impression de ne plus m’en aller nulle part avec eux. Mais je sentais que je n’avais plus rien à perdre.

    Eh bien, des liens ont été coupés, mais j’avait écrit ce que je pensais. Et je ne regrette rien de ce que j’ai écrit sur mon blog.

    Je pense que certains seraient beaucoup moins fragiles s’ils en disaient un peu plus sur eux.

  5. T’es pas le seul à se poser se questionnement là non plus depuis quelque temps faut croire…

    Questionnement que je ne comprendrai jamais

  6. Ouin tout un trip, surchage synaptique, emballement du cortex.
    C’est très personnel ce truc de limite, ou poser la ligne, ne je sais pas. Une fois j’avais écrit ceci…Vaut mieux parfois méditer qu’éditer…
    Oops as tu lu ce billet là? http://www.ellepanique.com/faut-pas-croire-tout-ce-quon-blogue/

    Il traite du meme sujet.

  7. Ouais, je pense qu’on passe tous par là un moment donné. Je reste généralement vague sur les lieux et les personnes que je fréquente, mais l’expérience m’a montré qu’on peut quand même me retracer (une fille l’a fait à partir de mon blogue, mon prénom et quelques infos sur mon travail). Cependant, je ne pense pas qu’on doive trop paranoïer; les chances qu’une connaissance tombe sur notre blogue par hasard sont, selon moi, minimes. Et comme dit le Voyou, soit prêt à assumer ce que tu écris.

  8. Je me suis risqué Oops sur un sujet connexe, c’est pas génial mais si tu as le gout, tu es bienvenue.

  9. Renart: J’hésite entre être insulté, amusé ou médusé.

    Marie-Helene: Selon le mail que j’ai reçu, j’ai l’impression que je n’ai peut-être pas pris toutes les précautions qu’il aurait fallu.

    Voyou: Le blog ici m’aide à accepter différentes choses, je pense que c’est une bonne voie vers le fait d’assumer pleinement ce que je suis, avec mes imperfections. Au fond, si ce qui se rapproche le plus d’un entourage que j’ai en vient à juger durement certains côtés, le fait est que je m’en calisserai probablement une fois le tout relativisé.

    Drew: Je ne trouve pas si complexe à saisir dans bien des cas il me semble.

    Gars: J’aime bien le vaut mieux parfois méditer qu’éditer, ça contient énormément de chose en peu. Je vais aller lire le billet en question.

    Bête: Je ne sais pas si c’est quelqu’un qui me niaise mais semblerait que le peu de chance qu’on fasse des liens se soient produites. Mais voilà, je crois que j’assume au final.

  10. Choisi « amusé ». Je ne voulais que faire remarquer que le sujet de ton billet est trop collé sur ce qui se passe dans la mardosphère en ce moment…

  11. Wow, enfin je partage quelque chose avec mes amis des bloooogues! Je suis tellement comme tout le monde, hourra, salvation.

  12. Je reçois ça comment : insulté, amusé ou médusé?

  13. Au final, je crois que médusé est le plus fort. Mets toi à ma place. C’est plutôt weird.

  14. Bon, désolé. Je n’aurais pas dû. Rien de méchant. Continue ton bon travail.

  15. Je suis d’accord avec le Voyou quand il dit que « certains seraient beaucoup moins fragiles s’ils en disaient un peu plus sur eux » (avec son argumentation en générale aussi, d’ailleurs.) Mais c’est vrai que toi tu parles de drogue & co … Mais imagines: peut-être que ton boss a un blog lui aussi, qu’il se drogue aussi et qu’il lit peut-être tes écris!!! ^^ De toute façon, tant que tu fais ton boulot y a pas de quoi flipper!

    Et rien avoir… Je ne suis quand même pas sure que tu sois comme tout le monde… Mais en tous cas quand je te lis, depuis la 1e fois et à chaque fois quasiment, tu me fais penser à une personne dont j’ai été follement amoureuse!! (sachant qu’à chaque fois que je te lis j’oublie le fait que tu me fais penser à lui.) Dans la manière de t’exprimer, dans ce que tu « fais », ta façon de juger, et aussi dans la drogue… (Bon, j’avoue que mon opinion à ce jour est qu’il est trou du cul.^^ Mais je fais la part des choses!!!! – et t’as bien sur des différence, mais c’est le « style »..)

    …Non, en fait je t’ai grillé Florian. Tu ne m’auras en essayant de t’exprimer comme un québecois !!! lol

  16. Putain, Oops ne serait qu’un imposteur? Je l’imaginais boucher à Québec, la moutarde de mon baloney me monte au nez. Quand meme pas un francais. 😦

  17. Oops je blague, m’en fout de tout sauf du plaisir à te lire, pour le reste, m’importe peu. Je voudrais 300 grammes de baloney tranché à mon image.

  18. Optimetise: Les gens sont conservateurs et démonisent la drogue, je ne sais pas qu’elle serait la réaction de mes employeurs, m’enfin. Je stresse juste pour ma subsistance monétaire, le reste je m’en tape. Pour le reste, au fond, ce que je conclus c’est que tu es follement amoureuse de moi. J’accepte les faveurs sexuelles ainsi que les photos dévêtues. J’offre des haikus salaces en échange, mettons.

    Gars: En fait, je me prénomme Régimbald et je suis un prêtre homosexuel qui pratique dans la région de l’amiante, me voilà démasqué, damn. Mais sans blague, c’est vraiment bizarre de narrer sa vie tout bonnement et de voir des gens dire « Oh, fiction! ». Ce que je rigole.

  19. ¤ Un gars: EH !!! Quoi pas un français!!! Je suis française aussi !!! Y a des français cons, (comme partout) et y en a des biens!!! (comme partout!) Grr…. !

    ¤ Régimbald, tu m’as aussi démasquée. Je fais une transposition sur toi. Et je suis tellement amoureuse de Toi que je ferai un petit tour à ton séminaire déguisée en homme. Ça va être chaud-bouillant!!!! C’est tellement mieux en vrai, pas besoin de photos!! Mais les haikus salaces je veux bien !! 😀

  20. @ optimetiste…
    Tout est au boute et toute est dans toute, les cons sont donc partout mais franchement, Oops francais, ben ca pourrait etre pire, rouquin à peu blanche du nord de l’Alberta ayant sa carte de membre PC. Là je crierais à l’imposture. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :