Fuck friend

C’est une ancienne collègue de travail, une solution de rechange quand Mush est absent ou faillit à me fournir ce qui me plairait, une membre de mon voisinage étendu, une fille aux cheveux bruns en broussailles, aux yeux noisette, aux pommettes saillantes, au visage tout rond. C’est une Tom boy sur les bords, un air espiègle, des cuisses un peu costaudes de sportives, des seins rebondis. C’est une fille un peu marginale, distrayante. C’est ma nouvelle Fuck Friend.

Un étui à pénis, un rack à graine, une plote de courtoisie, amie avec bénéfice, réceptacle à gamètes multi-usages.

Je cherchais du GHB, c’est le prochain truc que je veux essayer. Mush m’a regardé comme un agresseur éventuel, j’ai donc dû me rabattre sur mes sources aléatoires. Je me ramasse chez elle, j’ai une faiblesse sociétale, je reste là à jaser 1 heure ou deux. Et elle me propose ça, quasi tout bonnement, sur le ton de la conversation. Je lui dis que je vais y penser et repars songeur.

Pour :

-On aime le sexe comme notre eau : courant et potable
-Possibilité de se soustraire des aléas de la chasse aux réceptacles
-Moins de gaspille de temps
-Facilité de paramétriser  le sexe pour optimiser la jouissance
-Économie d’échelle sur l’alcool
-Aisance lorsque vient le temps de clore le tout
-Liberté de chercher d’autres occasions

Contre :

-C’est souvent des 4 ou 5 de PUBIS
-Possibilité que la mégère s’attache
-Elle ne te fera pas à manger
-Le sexe a tendance à devenir tributaire d’une seule personne
-Nos performances sont jugées plus sérieusement

J’ai donc décidé de me lancer. C’est loin d’être la plus cute, je l’espère éminemment cochonne mais j’entretiens des doutes, je ne sais même pas si elle est salubre de la plote. Au pire, je terminerai la mission copulation abruptement. Je pars là, je reviendrai ici après l’avoir béni de mes gênes si c’est pertinent ou si la motivation se fait sentir. Ressentez-vous l’incertitude?

*************************************

Edit 22h50.

Ça faisait drôle, baiser tandis qu’il faisait encore un peu soleil à l’extérieur. Il y avait un bon moment que cela ne m’était pas arrivé.

Une baise aussi sans l’espèce d’hypocrisie, celle de feindre la passion. Souvent, dans les trucs d’un soir, les aventures, mon meilleur moyen d’approche est de simuler un feu brulant, une passion toute physique. Ça fait partie de la game de séduction pour ce genre d’objectif à mon avis. Parce que oui, la séduction, c’est dire aux jolies filles qu’elles sont intelligentes et dire aux intelligentes qu’elles sont belles, mais c’est aussi essayer de faire croire qu’un grand moment est à portée. Le vide est si sidéral et omniprésent dans la vie de plusieurs que le simple espoir de percer l’abysse un moment est mirobolant. Et j’essaie de capitaliser sur ça big time.

Mais voilà, rien de ça. Qu’une ambiance étrange, des yeux un peu fuyants, un silence un peu malaisant qui amplifiait le choc de nos épidermes se claquant. On a fait ça sur le divan dans son salon, son lit était plein de vêtements propres pas encore pliés. La télévision laissée sur mute projetait son rayon cathodique, j’en perdais le focus.

J’ai eu deux coïts dans l’heure, on a très peu parlé, se concentrant chacun sur son plaisir à soi dans un égocentrisme mutuel d’une poésie toute sombre. C’était comme se masturber, mais dans un vagin.

Puis un peu à bout de souffle, je me suis rhabillé sans dire mot. Elle reste assise, les cheveux encore plus chaotiques, l’entrejambe à grands vents, les seins un peu rougis. Maintenant qu’aucun but commun ne motivait nos présences réciproques, j’ai quitté l’appartement. Toujours dans le silence le plus complet.

Publicités

~ par oopsweredead sur juin 15, 2009.

19 Réponses to “Fuck friend”

  1. Toujours mieux la branlette quand t’es rendu à tester d’la marde avec une qui te la fait pas lever…

  2. GHB enh? je me demande qui t’as mis cette idée dans la tête…

  3. Attention de ne pas tomber amoureux.

  4. Championne: Aucune idée.

    Anna: Won’t happen.

  5. Dans tes contres, tu dis « possibilité que la mégère s’attache ». Mais qu’est-ce que ça te fait si tu t’en fous?

    « Parce que oui, la séduction, c’est dire aux jolies filles qu’elles sont intelligentes et dire aux intelligentes qu’elles sont belles, mais c’est aussi essayer de faire croire qu’un grand moment est à portée. » Grrrrrrr!! Tête à claques !!!!

  6. J’ai souvent réessayé le concept de fuck friend et vraiment, baiser sans même d’amitié et de conversations amusantes le lendemain matin quand on tombe endormi chez l’autre, c’est salement lourd et je préfère souvent me masturber. C’est sûr qu’on a des faiblesses, mais entre un one night où tu dois travailler pour le gagner et où c’est surprenant, et une personne qui a rien à foutre de toi et qui sait que tu sers juste à être un corps tout offert, y’a une autre marge. Après avoir joué les salopes faciles quelques fois dans ta vie, tu finis par te respecter assez pour trouver que t’as fais le tour de l’expérience. (Qui est à essayer malgré tout, ça en apprend long sur l’interpersonnel sexuel et la vision de son soi)

    Le mieux, donc, comme tu le sais déjà de toute façon, c’est des bons amis intelligents et drôles, qui t’apprécient tout le long du party avant que tu finisse dans leur lit.

  7. Divertissant, mais triste. C’est la preuve que c’est pas parce qu’on s’ennuie seul que ça va être mieux accompagné. Un(e) fuck-friend, ça doit être choisi avec beaucoup de parcimonie, pour éviter ce genre de rencontre plate. Rien de pire que le silence après le coït pour te laisser l’immensité du vide. Yep.

  8. Il y a pire Marie que le silence apres la baise, tenter de laisser un message lorsque ta souris s’est tue et que tu n’as qu’un clavier.
    L’humain m’impressionne toujours par ses efforts à rationaliser ses instincts. Une copulation instinctive dans le seul but de retrouver un équilibre biologique devient un acte qui met l’équilibre psychologique ou l’identité de la personne en péril. Entre la masturbation et faire l’Amour, il y a une variété de possibilité. Si une fois la tension tombée tu constates que la drive t’a fait faire une connerie, tu remets ton pantalon ou ta jupe et tu quittes en te disant que ca n’arrivera plus.
    Je suis impressionné parfois par toutes ces mesures à prendre pour éviter qu’une baise n’ait pas pour conséquence une blessure narcissique.

  9. De la façon dont tu en parles, je la perçois davantage comme un étui à pénis plutôt qu’une fuck friend. Il manque le « friend », la chimie, la complicité… Mais en même temps, c’est peut-être dans les relations de type « fuck friend » que le risque d’attachement est le plus élevé, surtout si la fréquentation est sur une base régulière. Mon seul « fuck friend » (qui est aussi un ami) est de l’autre côté de l’océan et je le vois quelques fois par année seulement; c’est parfait ainsi.

    En même temps, de mon côté, je ne pense pas qu’une relation pour « sexer » sans complicité me conviendrait… Il me semble que la complicité, c’est ce qui rend le sexe tellement meilleur. Mais bon, je crois que je suis dans la catégorie des mégères à risque d’attachement.

  10. On resterait surpris, souvent, j’en suis certaine, de savoir ce qu’il se passe dans la tête du fuck friend pendant l’acte…

    Certains, comme toi, sont plus doués que d’autres pour l’exprimer.

  11. Ouan, je dois avouer que la fin te laisse sur la faim justement. Les clins d’oeil complices, c’est primordial. Un peu d’attirance et un peu d’amitié sont nécessaires. Sinon, t’es aussi bien de te branler chez toi.

  12. Une complicité qui prime, je n’ai rien contre, mais le degré?
    Quel est le degré satisfaisant, est ce que cela renvoi à l’échelle pubis? Une baise un peu perverse peu aussi etre satisfaisante. Personnellement à choisir, j’aime mieux me faire masturber que de le faire moi meme.

  13. @Princesse Anna: Je ne vois comment on peut tomber amoureux sans se parler!

    Alors son entrejambe était propre toujours bien?

  14. L’entre-jambe propre c’est déjà un début d’une relation.

  15. Optimetiste: Je m’en fous des sentiments, il y a que de subir une déclaration ou des appels mielleux, des emails doucereux, c’est insupportable.

    Anne: Je ne suis pas entiché de la sacrosainte amitié. C’est une dépendance comme une autre, une des rares que je combats avec succès. Sinon, pour la masturbation plus plaisante que des baises silencieuses et égoiste, je ne souscris pas entièrement à ça même si c’est vrai dans bien des cas.

    Marie: En fait, je ne me souviens pas d’avoir ressenti autre chose que du vide après le coït mis à part peut-être mes 2-3 premières relations sexuelles. C’est donc la continuité, peut-être triste mais puisque je ne connais rien d’autres jusqu’à présent, il n’y a pas de manque.

    Gars: Je suis malheureusement un être narcissique, avec les inconvénients inutiles que ça implique. Pour le reste, ça me semble pas dénué de sens.

    Dark: Définitivement, t’es à haut potentiel d’attachement puéril. Maintenant, quant à savoir si c’est un étui plutôt qu’une fuck friend, la nuance est intéressante, je crois qu’elle est juste. N’ayant plutôt que faire de la complicité, cela me suffit pour le moment j’imagine.

    Adulescente: J’en parle ouvertement ici mais sur le terrain, je suis impénétrable quand je pénètre.

    Pat: La branlette c’est bien, mais une noune humide, ca demeure plus soyeux qu’une paume et la fille, aussi étoile soit-elle, offre quand même bien des côtés que le poignet et la porn ne peuvent offrir. Meme sans clin d’oeil complice.

    Gars: En effet. Faut pas canoniser la complicité là. La complice te crachera pas nécessairement sur la queue ni t’avalera forcément.

    D.: D’une salubrité acceptable, je n’en demandais pas plus. Mais pas moins.

  16. D. : Je faisais de l’humooooour. Voyons, je sais très bien que les histoires d’amour, c’est pas pour Oops !!!

  17. À choisir, parfois j’aime mieux me branler, d’autres fois j’aime mieux me faire branler meme à regret mais rien ne vaut une branlette amoureuse. Mais entre l’idéal et la négoce sur un trottoir, les possibilités sont multiples. Je me souviens d’un reportage sur un petit babouin récessif qui baisait bien des babouines rapidement sans que le mal dominant le sache. C’était hors normes mais il semblait s’en balancer. Un de mes prochains billets traitera de la proximité de la vulve et du placenta, j’ose à peine, sujet plutot féminin mais ton billet me mène là. Et je crois que peu de filles peuvent en parler.

  18. D’un autre coté, peut-on vraiment le blâmer d’être froid avec son ‘rack à graine’?

    Coucher avec des filles ‘laides’ en soit, c’est déprimant et y’a pas de quoi faire une parade.

    Au moins, il ne s’en cache pas. Son pénis est actif, éventuellement, y’aura de l’action. En attendant on se tient à chaud, un peu comme un sportif qui abuse des par-dessus sur ses vêtements de sports.

  19. « il y a que de subir une déclaration ou des appels mielleux, des emails doucereux, c’est insupportable. »

    Sérieusement. Tu te trouves rare?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :